2017-01

Je me rends compte que je n'ai pas été très assidue sur le blog, notamment en ce qui concerne mes lectures... Il faut dire qu'il y a des moments où je dévore, et d'autres où j'ai bien du mal à me concentrer... Ce début d'année a plutôt été pauvre en lectures, certaines m'ont déçue, d'autres ont été un peu compliquées car je n'étais pas dedans, mais il y a eu aussi de jolies découvertes.

J'ai découvert que, comme Jimi Hendrix, je suis une autodidacte qui n'a pas appris le solfège (bon, j'ai lâché la guitare assez rapidement aussi, j'ai une nette préférence pour le piano !)

Emmanuel Lepage m'a emmenée dans ses voyages et a réussi à me donner le mal de mer rien qu'en regardant ses merveilleux dessins !

J'ai voyagé dans le Paris de la fin du XIXème siècle avec Gaëlle Nohant, et commencé mon défi Rougon-Macquart au moment où j'allais voir l'exposition Second Empire au musée d'Orsay.

J'ai apprécié l'histoire assez étonnante des soeurs Mitford, qui malgré leurs divergences pendant la Seconde Guerre mondiale, sont restées relativement unies.

J'ai fait un peu d'anglais en lisant le cours d'Harvard sur la Psychologie positive.

Je me suis préparée à reprendre le travail après cette longue période de traitements.

Je me suis amusée avec "Le mec du milieu".

 

  • Franck Médioni, Jimi Hendrix
  • Emmanuel Lepage, Voyage aux îles de la Désolation
  • Gaëlle Nohan, La part des flammes
  • Emile Zola, La fortune des Rougon
  • Emmanuel et François Lepage, La lune est blanche
  • Annick Le Floc'hmoan, Ces extravagantes soeurs Mitford
  • Anne-Sophie Tuszynski, Cancer et travail
  • One day university presents : positive psychology : the science of happiness
  • Sophie Awaad, Le mec du milieu
  • Karen Armstrong, Compassion. Manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur

 

"(...) s'il était un bonheur possible sur cette terre, on ne pouvait y accéder qu'en laissant mourir certaines choses en soi. Toutes ces choses lourdes et encombrantes qui étaient un grenier plein d'objets cassés et poussiéreux que l'on n'osait mettre au rebut, mais qui arrêtaient la lumière." Gaëlle Nohant, La part des flammes