EspoirCe blog, je ne l'ai pas créé pour donner de mes nouvelles, ni pour parler de mon état, mais plutôt pour écrire mes coups de coeur, mes coups de gueule, mes craintes... Et finalement, je me rends compte que parfois, j'ai besoin de lire un témoignage positif qui me donne le moral en cas de coup de mou. Car si au début, je refusais, par peur, de chercher des infos sur le cancer, sur mon espérance de vie (chose que je refuse toujours d'ailleurs, de toute façon on n'en sait rien !), en faisant des recherches sur mon traitement, j'ai découvert que certaines femmes, touchées par la même forme de cancer que le mien, vivaient, grâce aux traitements qui sont de plus en plus ciblés, parfois depuis plus de 10 ans, avec la maladie. Aujourd'hui, je décide donc de témoigner à mon tour, de me livrer un peu plus et, qui sait, à mon tour de donner du courage à certains d'entre vous qui me lisez.

A 38 ans, pas concernée par les campagnes de dépistage du cancer du sein, j'ai découvert moi-même mon cancer tout à fait par hasard, en me mettant de la crème hydratante (d'où l'importance de l'auto-palpation une fois par mois !) J'allais une fois par an chez le gynéco, qui contrôlait cette zone régulièrement et n'avait rien remarqué la fois précédente. Cette fois-ci,  elle a senti qu'il y avait quelque chose et elle m'a envoyé rapidement faire une mammographie, puis une biopsie. Quelques -longs- jours plus tard, le diagnostic tombait : c'était un cancer. RDV avec le chirurgien, qui m'indique le protocole : on commence par une chimiothérapie adjuvante qui permettra de faire fondre la tumeur, ainsi on m'opérera de façon moins invasive avant de faire de la radiothérapie.

Le jour de la première chimio, mauvaise nouvelle : les résultats du TEP scan sont arrivés, c'est un cancer métastatique. Le médecin me dit que ça ne change rien au traitement. Mais j'ai du mal à comprendre que si le traitement ne change pas, ces nouvelles informations changent quand même la donne ! Je suis restée au "On va vous guérir !" des débuts. Quand je tape "métastases" sur Internet, je tombe sur des articles qui parlent de la mort. Je ne suis pas prête à entendre ça, j'ai envie de guérir, de vivre ! Il me faut du temps, beaucoup de temps pour assimiler ce nouvel élément, pour le comprendre, pour apprivoiser cette autre maladie dont je me rends compte, petit à petit, que je ne guérirai jamais.

Alors, petit à petit, l'espoir d'une guérison fait la place à l'espoir et à la joie de vivre une rentrée scolaire en plus, un anniversaire, un Noël en plus, de nouveaux amis, l'envie de réaliser certains rêves, de voir certaines personnes, certains endroits... Aujourd'hui, même si je suis parfois fatiguée, en colère, triste, je savoure... J'ai 40 ans, j'ai un cancer métastasé, un fils magnifique, un amoureux extraordinaire, des amis fidèles et... JE SUIS VIVANTE ! J'espère pouvoir l'écrire le plus longtemps possible ! Et, qui sait, peut-être que la recherche va avancer et me permettre un jour de dire que je suis guérie...